Ultimate Design


Design Audi
2009, Ingolstadt : le fabricant automobile allemand Audi, célèbre pour son design sport aux formes élégantes et épurées, célèbre son 100ème anniversaire. Pour cette occasion spéciale, Audi a imaginé un instrument unique à l’image du design magnifique qui incarne l’esprit de l’entreprise. Bien que son esthétisme soit futuriste, ce piano partage les qualités sonores propres à tous les pianos à queue Bösendorfer. L’élément le plus caractéristique du design Audi sur cet instrument est la conception fermée du côté des basses, sans interruption jusqu’au sol. Il offre une présence et une solidité peu communes, et fait également office de réflecteur acoustique en direction de l’auditoire. De plus, grâce au tissu recouvrant le pupitre, le son s’écoule en douceur vers le pianiste. Lyre en aluminium, béquille et pieds, de même que le cadre en fonte grise parfaitement assortis, sont autant d’éléments qui viennent compléter ce chef-d’œuvre signé Audi. Un style à la fois sport et élégant, qui allie divinement les deux univers.

Read more
Design de F.A. Porsche
Un design aux lignes parfaites en accord avec le piano à queue : l’esthétique du piano à queue Bösendorfer conçu par F.A. Porsche fait honneur aux deux sociétés, qui partagent l’idéal du design ultime. Le couvercle du piano est composé d’une structure alvéolée légère, un matériau high-tech qui s’intègre parfaitement à la silhouette du piano. Le couvercle s’ouvre d’une légère pression grâce à un ressort à air comprimé. Intégré lui aussi avec harmonie dans le corps de l’instrument, le pupitre est entouré par les éléments de diffusion du son réalisés en aluminium. Avec son vernis métallique noir diamant, ce piano captive l’attention de n’importe quel auditoire. Une esthétique parfaite signée F.A. Porsche, un son parfait signé Bösendorfer.

Read more
Edge
2006, Vienne : Epuré, contemporain. Le design industriel du Bösendorfer Edge est déclaré vainqueur du prix international Bösendorfer Piano Design Award. Concis et formel, le design suit des lignes et des formes nettes pour déployer une présence lisse. Le pupitre recouvert d’une touche de tissu ainsi que la simplicité de la lyre complètent son esthétique remarquable. Les pieds rectilignes font écho à l’origine du piano à queue. Notre Bösendorfer Edge : un style industriel, un design simple. Jusqu’à l’extrême.

Read more
Artisan
Le piano à queue Bösendorfer Artisan est en soi une magnifique œuvre d’art, avant même qu’une seule note ne soit jouée. Dès le second millénaire avant J.C., la marqueterie a été utilisée en Orient pour décorer de motifs fins et délicats des objets particuliers chers au spectateur ou à l’artiste. Des lignes fines de joyeux motifs floraux, des placages précieux et des teintes magnifiques de noyer, d’érable, de poirier, de cerisier, d’acajou et de loupe d’Amboine complètent l’élégante silhouette de ce piano à queue. Un chef-d’œuvre de nos artisans qui célèbre avec raffinement l’art de la marqueterie. Un chef-d’œuvre de sonorité et de réalisation artisanale.

Read more
Baroque
A la fin du 16ème siècle, un nouveau mouvement artistique se répand rapidement à travers l’Europe et arrive en Autriche. Nous sommes à l’aube de l’ère Baroque. En musique, Jean-Sébastien Bach est sur le point de créer la controverse avec ses compositions, tandis que dans le domaine des beaux-arts, la splendeur et le faste des expressions visuelles et de l’architecture provoquent la stupéfaction. Couleurs vives, sophistication des lignes ciselées, cadres dorés et formes sculpturales. Le Baroque est grandiose et son expression opulente. Nos artisans Bösendorfer ont consacré un nombre incalculable d’heures à l’élaboration de ce modèle, dont le design est l’un de nos plus extravagants. Des décorations raffinées viennent parfaire la silhouette satinée couleur ivoire du piano, les pieds richement sculptés, tout comme l’emploi généreux de l’or, révélant tout l’amour porté au détail par l’artisan. Le Bösendorfer Baroque est extravagant, tout autant par sa sonorité que par son aspect.

Read more
Louis XVI
Louis XVI, un style artistique ainsi dénommé d’après le roi de France du même nom, s’illustre par des formes naturelles. Apparu vers la fin de l’époque Baroque, le Classicisme célèbre le monde de l’antiquité et des idéaux grecs. Les œuvres d’art de cette époque regorgent de formes naturalistes telles que paniers de fleurs, branches de saule, guirlandes de fruits, rubans et ornements. Le piano à queue Bösendorfer Louis XVI est dédié à ce style de Classicisme simple, mais joyeux. Les pieds incurvés et les subtiles décorations florales encadrent la surface satinée du placage pommelé exclusif. Une véritable pièce d’art classique.

Read more
Vienne
Beethoven, Mozart et Haydn en étaient amoureux, Schubert et Schönberg l’admiraient. La ville de Vienne, comme aucune autre, a été le foyer de la musique et de l’art pendant des siècles. Des noms comme l’Orchestre Philharmonique de Vienne, les Petits Chanteurs de Vienne et la valse viennoise sont connus mondialement et sont des ambassadeurs de la ville de la musique. Notre piano à queue Bösendorfer Vienne rend hommage à la ville qui est la patrie de Bösendorfer depuis près de deux siècles. Des formes délicates, une marqueterie raffinée et l’application du précieux placage d’amboine complètent ce piano qui allie notre héritage musical à un savoir-faire exceptionnel. Les chandeliers ornés placés de part et d’autre du beau pupitre évoquent les heures interminables de la nuit consacrées par les grands maîtres viennois à leurs créations. Lorsque vous jouez de cet instrument, ces compositions s’animent et résonnent des airs de Vienne.

Read more
Chopin
A travers toutes ses œuvres, le compositeur et virtuose Frédéric Chopin met avant tout le piano à l’honneur. Que ce soit dans ses Nocturnes aux accents de réflexion mystique ou dans ses valses mélancoliques, Chopin vous laisse pénétrer son âme en profondeur : on y découvre un être expressif et sensible. À l’occasion de son 150ème anniversaire, nous avons créé un instrument exclusif afin de rendre hommage aux compositions du maître du piano venu de Pologne. Avec ses décorations à la feuille d’or et ses motifs sculptés, le modèle Bösendorfer Chopin s’inspire des pianos à queue sur lesquels l’artiste joua pendant sa tournée en Angleterre. Ils attestent de la maîtrise artistique des fabricants de piano anglais de cette époque, dont les instruments de musique étaient de véritables œuvres d’art. Le cylindre est orné d’une plaque dorée sur laquelle est gravée la signature de Chopin. Magistral.

Read more
Liszt
1828, Vienne : lorsqu’Ignaz Bösendorfer fonde sa propre fabrique de pianos, le jeune virtuose Franz Liszt, par son jeu impétueux, détraque presque tous les pianos qui lui passent entre les mains.  À cette époque, Vienne comptait à elle seule près de 150 facteurs de piano, ce qui montre l’importance de la musique de piano et la demande qu’elle suscitait. Sur les conseils de ses amis, Liszt sélectionne pour son concert un piano à queue Bösendorfer, qui s’avèrera résister à son jeu puissant. Bösendorfer devient célèbre du jour au lendemain. Une amitié étroite se noue entre Franz Liszt et Bösendorfer. Paré d’un précieux placage en vavona, ce modèle rend hommage au talent exceptionnel de ce pianiste et compositeur, qui possédait lui-même un certain nombre de pianos à queue Bösendorfer. Sa relation étroite avec Bösendorfer est attestée par plus de 40 lettres et télégrammes écrits par Liszt. Les pianistes ont toujours trouvé dans les pianos à queue Bösendorfer un partenaire fiable. Les artistes n’ont pas à limiter leur virtuosité et peuvent laisser libre cours à leur inspiration. Tout comme Liszt le fit jadis.

Read more
Strauss
C’est une vieille tradition : chaque année, le légendaire bal de l’opéra de Vienne se tient à l’Opéra National de Vienne et, à l’issue du discours de bienvenue, retentit la formule rituelle : « Alles Walzer » (Tous en piste ! Place à la valse). L’orchestre ouvre alors les festivités avec un chef-d’œuvre de nul autre que Johann Strauss fils (1825 – 1899), également surnommé le roi de la valse. En effet, aucun autre morceau de musique n’aura autant été associé à la ville de Vienne que les valses de ce compositeur. En 1890, Johann Strauss et Ludwig Bösendorfer se rencontrent pour la première fois en célébrant le carnaval à l’hôtel de ville. Ils se lient rapidement d’amitié et l’on raconte qu’ils avaient pour hobby commun le jeu de tarot. La musique de Strauss gagne bientôt en popularité et aujourd’hui encore, la valse viennoise est célèbre dans le monde entier. « Le Beau Danube Bleu », composé par Strauss en 1867, fait officieusement figure d’hymne autrichien. Notre piano à queue Bösendorfer Strauss s’inspire du Bösendorfer ayant appartenu au compositeur lui-même, qui est toujours exposé au musée Johann Strauss à Vienne. Le pupitre à la forme fantaisiste, les pieds ronds et les armoiries autrichiennes évoquent les airs entraînants de sa noble époque. Ainsi, tout pianiste peut apprécier la musique du Roi de la valse en ¾ temps.

Read more